developpement-personnel-mieux-etre

Développement personnel : mode d’emploi

Sur le fil du rasoir …

L’esprit d’éveil a sa source dans la prise de conscience de l’impermanence de tous nos objets d’attachement comme de notre propre ego. Tant que l’on reste attaché au moi et au mien l’esprit d’éveil ne peut se développer et même si on fait Zazen et croit suivre la Voie du bouddha on reste à l’extérieur… Roland Rech

À l’heure du mieux-être et du développement personnel chacun se renseigne et mène des actions pour améliorer son état d’être. La démarche d’évoluer qu’elle soit motivée par une saturation d’un quotidien ou par une simple curiosité montre toujours un mouvement, une volonté d’atteindre un nouveau but. Cependant certaines techniques du mental, attaché au confort du connu, peuvent influer sur le sens que l’on veut donner à sa vie de façon à ce que la situation n’évolue pas beaucoup. Le chercheur spirituel se retrouve alors à nourrir avec un leurre, son âme affamée qui attend de l’attention en vue de sa libération. Une partie de la réalité est ignorée, pour rendre acceptable les choix qui sont faits afin qu’ils soient vécus sans être gênés par la conscience. Notre aventurier se retrouve alors à ramer pour faire avancer son embarcation…qui est restée à l’amarre ! De nouvelles croyances relayant les anciennes, infléchissent, au cours des compromis, la droiture du cap du départ ; Le marcheur chemine alors sur le cercle de l’égocentrisme qui sous couvert de mieux être crée de nouvelles confusions et trouble l’esprit.

Pour autant adopter un changement radical est extrémiste, que ce soit dans son alimentation ou ses habitudes comportementales cela peut être très déstructurant pour la globalité de l’être. Un individu doté d’une grande détermination peut s’imposer une discipline sévère suite à une prise de conscience qui va influencer son attitude. S’auto-prescrire une discipline rigoureuse et la suivre à tout prix peut être très violent pour soi. De plus cela a certainement très peu de chance d’amener quelconque progression dans la quête de mieux être.

L’être est une structure en équilibre

L’être est une structure en équilibre où interfère le corps physique, émotionnel et psychique, c’est cette cohérence qui fait de nous ce que l’on est. C’est cet ensemble qu’il faut élever et faire évoluer non pas en niant ou rejetant ce qui ne parait pas conforme, mais en acceptant la globalité qui fait l’individualité. Le rôle du chercheur est de comprendre par l’expérience et d’accompagner la somme de tout ce qui le compose afin de le rendre meilleur. Vouloir être autre chose est une volonté de l’ego qui lui aussi fait partie de cette totalité mais obéit à un conditionnement mental. Par ailleurs, lutter contre lui le renforce ; l’éduquer est le seul moyen pour en faire un allié. À ce sujet le point de vue de Salim Eissel est très instructif : Dans une des vidéo qu’il propose sur son site (epag.org) « l’éloge de l’ego » ; Le maitre explique que l’ego n’est pas l’ennemi à abattre, il doit être intégré au processus de progression et bien qu’il récupère chaque action qui est menée,  il est inclus au changement et ne peut échapper à sa propre transformation.

Aussi, il explique que les exercices qui peuvent être proposés dans son école ont pour seul but d’occuper l’espace mental de l’élève par une matière plus fertile que sa pensée habituelle, afin de rendre ce terroir propice à de nouvelles compréhensions. Il précise qu’aucun exercice en lui-même ne possède le pouvoir d’éveiller la conscience. Le travail a pour but de créer dans l’esprit un climat adapté dans lequel le soi puisse se développer. Pas de territoire à fuir, la voie demande d’exploiter ce qui est à disposition pour le faire fructifier, pas de miracle non plus, le jardinier de la vertu retrousse ses manches et se met à l’ouvrage.

Personne n’est limité par ce qu’il est, mais par ce qu’il voudrait être.

Personne n’est limité par ce qu’il est, mais par ce qu’il voudrait être. Il y a tout pour évoluer dans les expériences que la vie propose si elles sont vécues pleinement, mais la remise en question est souvent difficile. Livré  à lui-même l’homme en quête, cherche d’autres solutions envisageables ce qui l’éloigne de sa nature. Les différentes méthodes qui sont proposées par les écoles de développement ont toutes le même but mais utilisent moyens distincts pour y accéder. Le but en lui-même n’étant finalement qu’un objectif hypothétique, le réel bénéfice est le mieux être quotidien que procure une plus grande connaissance de son humanité.

Le travail dans un processus d’amélioration vient modifier les conditionnements inconscients. Les stimuli que la vie propose ne provoquent plus des réactions dépendantes de croyances obsolètes et peuvent être traitées de façon neutre et objective. L’individu peut alors agir librement affranchi de ses propres névroses.

En résumé …

Chaque « niche »  où l’on se complait dans un équilibre que l’on juge acceptable sous prétexte d’excuses diverses, de cohérence psycho-émotionnelle doit susciter un questionnement. Des efforts sont indispensables pour mettre en œuvre une nouvelle dynamique et mobiliser l’énergie nécessaire pour permettre de  modifier cet équilibre vers un équilibre meilleur. La nouvelle cohérence psychique qui en résulte engendre une plus grande compréhension de soi et des autres, elle nécessite moins de substituts divers pour rendre acceptable un quotidien. Certaines habitudes peuvent être abandonnées au profit  de nouveaux choix. Dans cette nouvelle organisation des espaces se créent, dans lesquels des instants de pleine conscience peuvent émerger. Par ce travail l’esprit s’éveille, une meilleure compréhension de ce qui est s’installe et montre aux pratiquants une vision de la réalité plus objective. Les conditionnements névrotiques qui modifient les perceptions se dissolvent au rythme de la progression.

« Se libérer de tout conditionnement est certainement le travail le plus important de l’incarnation, le plus beau cadeau que nous puissions  faire à notre propre personne ainsi qu’à nos enfants, afin de leur créer un futur. Vous devez trouver dès à présent « la voie qui a du cœur » celle qu’on appelle changement de conscience et qui peut se traduire ainsi : Aimer notre planète éperdument ; Regarder le monde avec les yeux d’un nouveau-né, regard rempli d’espoir et d’espérance. » Don Marcelino

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

1 commentaire sur “Développement personnel : mode d’emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *