Chapitre 11 : L’Odyssée de Ram

Cette nuit fut rythmée par le départ de la famille Sri-Lankaise. A 1h du matin, un branle-bas de combat me tient réveillé pendant un long moment. Bien que depuis leur arrivée l’effet « Swami » eut des répercutions remarquables ne serait-ce que sur l’expression de leurs visages ; la discrétion ne fait pas encore partie de leurs qualités. Ont- ils trouvés ce qu’ils étaient venu chercher ? Je ne sais pas… tout dépend qui pose la question : si c’est le conscient je ne pense pas, l’inconscient, lui au contact de cette « matrice », a certainement généré de nouvelles souches informationnelles qui vont pouvoir se développer pour peu qu’elles reçoivent un peu d’attention …. Leur séjour fut certainement profitable et le bénéfice qu’ils vont en tirer ne leur est pas encore entièrement connu. L’autisme de l’enfant n’a pas disparu bien sûr, mais je me rappelle avoir vu son regard si vide à l’accoutumé soudainement s’éclairer et prendre vie au contact de notre Guru pendant qu’il dialoguait avec elle comme si son handicap n’existait pas.

De mon côté, j’essaie d’être le plus disponible possible afin de profiter pleinement de chaque instant passé dans ce lieu, l’énergie qui s’en dégage alimentant une partie de ma conscience que je découvre peu à peu.

Coté travaux nous travaillons la patience et la persévérance : nous étalons 4 m³ de terre sur la propriété avec pour seuls outils une pioche et une espèce de grand plateau en cuivre… Mon sens de l’efficacité et mes besoins de rendement sont mis à rude épreuve. Mais peu à peu force est de constater que le tas baisse !

Après le repas de midi, Swami me proposera de l’aider à préparer des bulbes de curcuma, que nous avions ramassés dans le jardin afin d’en extraire les substances curatives selon de vieux procédés. Il m’explique que le curcuma a de multiples vertus : outre l’utilisation thérapeutique comme puissant anti-oxydant ou anti-inflammatoire, on l’utilise pour faire des teintures pour les vêtements, la poudre peut être utilisée pour les tikats, points sur le front, il est très bon pour tout ce qui est problème de la peau et aide à la rendre belle, il blanchit les dents et stimule la croissance des cheveux… Cet après-midi nous en extrayons le jus qui va servir d’ingrédients pour une potion de guérison qu’il a mis au point. Quand je lui demande où il a appris à faire ces remèdes il me dit que qu’il a eu ce savoir à la naissance. Je sais qu’il a mis au point plusieurs procédés homéopathiques pour la lutte contre le cancer, pour lesquels il a eu des reconnaissances notamment aux États Unis. L’expression de ses connaissances « universelles » est fascinante il excelle en cuisine, en dessin, écrit des poèmes, chante … Son enthousiasme à faire chaque chose est nourrissant, c’est un réel plaisir de l’assister dans ses réalisations.

Il y a dans chacune de ses paroles, un enseignement qui sommeille que seul un niveau d’attention suffisant permet de déceler, sa conversation est toujours agréable, avec beaucoup de bienveillance il utilise les termes justes pour me faire comprendre des fondements qui permettraient de faire évoluer ma personne…

Ne me sentant pas concerné sur le moment, j’intégrerai nombre de choses que plus tard, mon arrogance en attente de merveilleux ou de fantastique étant incapable de voir la subtilité chirurgicale de ses frappes verbales. Ma présence ici est due au son intérieur d’une petite voix qui m’invite à rester à ses côtés, je lui obéis sans comprendre vraiment pourquoi. Je me sais en quête depuis plusieurs années, et certaines subtilités me sont moins étrangères mais dans le présent une grande maladresse habite encore mon esprit. Il fonctionne selon de vieux schémas cherchant le moyen d’accéder à la connaissance croyant qu’elle est quelque chose à acquérir ; alors que ce serait plutôt dans ce que je suis prêt à abandonner qu’elle réside. Dans ce sens, je me verrais ignorer les clefs que mon maître spirituel me donne pour ouvrir les portes de la conscience, tout en le questionnant sur la conduite à tenir pour y arriver !!! Je comprends maintenant tout le paradoxe de la condition humaine et remercie du fond du cœur les guides pour leur compassion.

Cette après-midi s’annonce particulièrement intéressante, nous sommes tous les deux dans la cuisine, une moustiquaire protège la porte qui donne sur l’extérieur pour accéder au point d’eau, c’est ici que se trouve le petit évier que j’utilise pour nettoyer les bulbes jaunâtres ou pour faire la vaisselle. Il est encore bonne heure et les insectes piquants sont peu nombreux ce qui me ravi car leur présence m’est de plus en plus inconfortable. Je trouve que mes taches ne sont pas très intéressantes mais la promiscuité avec Swami me ravit. Je voudrais utiliser ce temps pour qu’il me donne des conseils peut-être me confier un secret qui me permettrait de progresser rapidement, mais il ne me parle que de banalités, chassant de mon mental ces préoccupations pour le ramener à ce que je suis en train de faire qui selon moi n’a pas grande utilité dans mon apprentissage ! Il adoptera ce comportement jusqu’en fin de journée, mais sa clairvoyance ne semblant pas avoir de limite, quand m’étant résigné à ma condition il finira par me dire :

« La connaissance est le plus bel objectif pour la condition humaine, tu te demandes ce qu’il faut faire pour y arriver, il n’y a là rien de miraculeux il suffit d’écouter la voie du cœur et la mettre en pratique. Cela peut te paraître simple, pourtant toutes les difficultés que tu rencontres sont dues au non-respect de ces principes, tu dois faire les choix justes le matin en organisant tes journées selon l’éthique la plus haute possible en fuyant les mirages de tes habitudes qui sont basé sur le confort et la facilitée. Le divin est partout rien n’existe sans lui, il est le tout et toute chose, il est immanent et impermanent, je peux prendre pour exemple l’or, on le travaille de différentes façons pour en faire des objets que l’on nomme, collier, bracelet, chaîne, boucle d’oreille mais c’est toujours de l’or dont il s’agit…pour Dieu c’est la même chose…

Souffre avec calme, agit avec noblesse, vis dans la paix, pense avec justesse, parle avec douceur, comporte toi poliment, tu entreras bientôt dans le royaume de la béatitude éternelle….

Tu peux aller te changer, un cours de yoga a lieu dans trente minutes… »

Hom Namah Shivaya.

 

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *