Bienfaits-sport-spiritualite

Les bienfaits de la pratique sportive

Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans la chaussure – Mohamed Ali

– Faire un pas pour soi grandit l’univers, en faire cent pour l’autre le fait disparaître –

Comment une pratique sportive peut être un outil de développement personnel et de progression ?

Nous passerons les sports de détente ou d’amusement qui permettent de passer de bons moments et qui peuvent générer du bien-être, mais qui dans le cadre qui nous intéresse peuvent manquer de rigueur. Les sports de compétition ont cette particularité égotique : montrer une habileté spécifique, une puissance, vaincre l’autre.

C’est souvent une échappatoire pour permettre à l’individu de s’accepter en tant que tel, de s’accommoder et de nier une problématique qu’il projette à l’extérieur. La contrainte exercée sur le corps lors des entraînements permet de mieux se percevoir et peu traduire un déficit identitaire. Aussi une pratique intensive à long terme use prématurément le corps.

Tout comportement addictif désigne une souffrance, problématique qui peut être résolue au cours de la pratique, mais qui peut mener à une autodestruction si elle ne l’est pas. La motivation par l’externe a cependant cette particularité elle permet d’insuffler une énergie conséquente afin de réaliser des objectifs ambitieux, ressource que l’humain ne trouve pas toujours quand il est seul concerné.

Le bien-être grâce au sport

Le sport est une activité qui requiert un effort physique et/ou mental. C’est un terrain d’expérimentation qui permet d’explorer plus profondément son être, domaine où l’individu peut éprouver son courage, sa résistance. Pratiquer dans de bonnes conditions et régulièrement, il améliore la santé, développe l’agilité, l’endurance, et le tonus musculaire. Excellent complément à toute pratique spirituelle, éducateur du psychisme il enseigne le réalisme et la détermination. Les séances sont à envisager avec un programme d’étirement, la rigidité dans son corps ou dans la tête ne permet guère d’évolution.

Le sport n’est pas une voie, il est facile cependant de faire un amalgame, l’instant présent, l’unité corps esprit, une communion avec la nature, l’esprit d’équipe qui présuppose de faire passer le groupe avant soi… Le vocabulaire utilisé pour exprimer des vécus au cours d’exercices montre une réciprocité avec celui qui est utilisé par des chercheurs spirituels. Il signifie que l’être est en quête, mais pas que le chemin emprunté mène au Graal.

Les bénéfices de la pratique sont nombreux, mais ils ne permettent pas un accès à la profondeur du soi ; il est même possible que des résistances soient renforcées et confortées dans leurs positions. Si la pratique sportive permettait d’élever les consciences, les athlètes de haut niveau seraient des guides spirituels… et c’est rarement le cas.

Sport et développement personnel

Une pratique de développement personnel peut être sportive il est peu d’élèves qui ne transpirent pas lors de cours d’aïkido, de yoga, taï-chi et autres arts, mais la performance physique n’a aucune importance ; le but est introspectif…. Le mobile qui fait que le sujet se dirige vers un sport de masse ou une activité qui va aider à prendre le contrôle de soi est souvent le même. En France, toutes les pratiques dépendent de la même fédération, ce qui peut ajouter à la confusion.

Le développement personnel a pour principe de remettre en question des conceptions du soi qui donne une image de la réalité. Cette image est conditionnée par des limitations qui sont dues à des stases d’énergie qui se sont figées lors de traumatismes psychiques conscient ou inconscient. Le travail sur des tensions corporelles peut remettre cette énergie en circulation et réduire les barrages qui bloquent le développement psychologique.

En travaillant sur l’esprit par la méditation par exemple il est possible de soigner des blessures et elles libéreront de la même façon les blocages physiques. Une pratique complète cumule les deux voies d’entrée. Suivre une voie demande un lâcher-prise, abandonner des émotions même souffrantes n’est pas toujours confortable, car elles font partie du domaine du connu, contribuent à l’équilibre de la personne, et font partie de son identité. Le changement généré implique que la vie se vive différemment et trouve un nouvel équilibre.

Le sport, source d’énergie pour le corps et l’esprit

La voie propose d’appliquer les leçons qui ont été apprises dans un cadre ritualisé, dans tous les moments et les actes du quotidien, faire de l’exercice dans cet état d’esprit nourrit le corps physique tout autant que l’esprit.

La source de toute énergie est universelle, elle est disponible et illimitée. Les filtres qui sont mis en place au cours de l’existence font que l’individu en capte qu’une petite partie. La pratique spirituelle qui permet des déblocages, accroît le niveau général et engendre une amélioration du physique.

En travaillant sur le physique il est possible d’augmenter le niveau énergétique corporel et de fait d’être dans de meilleures conditions pour faire céder les barrages mentaux. L’un et l’autre sont inséparables : ils font partie d’un même tout, il convient de les faire grandir ensemble pour acquérir une paix et une harmonie intérieure. Prendre soin de son corps est un acte théologique, faire du sport dans cet état d’esprit est certainement une excellente façon de contribuer à la bonne marche de toutes les pièces qui constituent le véhicule qui transporte l’Âme, pour percevoir la profondeur de ses messages cela ne peut être suffisant.

© Crédit photo : Pascal – Tous droits réservés

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone
Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *